Stendhal, Le Rouge et le Noir

Publié le par Blonde and Peonies

Hello tout le monde j'espère que vous allez bien, aujourd'hui je vous propose de parler du livre Le rouge et le noir de Stendhal. Il s'agit d'un roman publié en 1830, à Paris aux éditions Levasseur. 

Le titre oppose le rouge, l'armée, et la passion du protagoniste pour Napoléon au noir, à la religion et la soutane tenue porté par les prêtres et autres hommes d'Eglise. Julien Sorel doit faire un choix. 

Stendhal, Le Rouge et le Noir

Julien Sorel est le troisième fils du vieux Sorel, scieur, qui n'a que mépris pour les choses intellectuelles et donc pour Julien, qui se révèle très tôt doué pour les études. Il voue une admiration sans bornes à Napoléon Bonaparte, qu’il considère comme un modèle de réussite. Il est protégé par l'abbé Chélan, qui le recommande au maire de Verrières, Monsieur de Rênal, comme précepteur de ses enfants, puis le fait entrer au séminaire

Il parvient peu à peu à séduire Madame de Rênal. La vie de Sorel chez les Rênal est donc marquée par sa vive passion pour Madame de Rênal et par son ambition démesurée. Il rêve de devenir une sorte de nouveau Napoléon Bonaparte. Sa vie est donc dominée par l’hypocrisie. Le tempérament fier de Julien va tout gâcher : il refuse une augmentation de salaire proposée par Monsieur de Rênal et repousse les avances de la femme de chambre de Madame de Rênal. La dame de chambre s'étant empressée de faire courir une rumeur sur les sentiments qui animent sa maîtresse et Julien, et Monsieur de Rênal reçoit une lettre anonyme dénonçant l'adultère de sa femme. Le maire de Verrières décide de se séparer de son précepteur. Julien entre au grand séminaire de Besançon où il est haï par ses camarades, il passera bien des moments pénibles, jusqu'au jour où l'abbé lui propose de devenir le secrétaire du marquis de La Mole. Il part alors pour Paris .

Le marquis de La Mole remarque très vite l'intelligence de Julien, qui fait également la connaissance de Mathilde, la fille altière. Elle ne tarde pas à s'éprendre de lui. Une passion tumultueuse commence alors entre les deux jeunes gens. Elle lui avouera ensuite qu'elle est enceinte, et prévient son père de son souhait d'épouser le jeune secrétaire. Mathilde ne réussit pas à convaincre tout à fait son père de la laisser épouser Julien, mais, le marquis fait anoblir Julien et lui procure un poste de lieutenant de hussards à Strasbourg. Il devient ainsi « Monsieur le chevalier Julien Sorel de La Vernaye ». Le marquis de La Mole refuse catégoriquement toute idée de mariage depuis qu'il a reçu une lettre de Madame de Rênal dénonçant l'immoralité de son ancien amant rongé par l'ambition. Julien se rend de Paris à Verrières, entre dans l'église et tire à deux reprises, en pleine messe, sur son ancienne maîtresse. Il ne se rend alors pas compte qu'il n'est pas parvenu à la tuer.

Julien attend ensuite en prison la date de son jugement. Mathilde de La Mole multiplie les tentatives pour le faire acquitter. Simultanément, Madame de Rênal tente de faire pencher le procès en faveur de Julien en écrivant aux jurés que ce serait une faute de le condamner, et qu'elle lui pardonne volontiers son geste « maladroit ». Le jury parvient à faire condamner Julien à la guillotine. À l'issue de la sentence, Mathilde et Madame de Rênal espèrent encore un recours en appel. Madame de Rênal, qui s'est installée à Besançon est parvenue à obtenir l'autorisation d'aller voir Julien. Mais Julien se résigne à la mort. Juste après l'exécution de Julien, son ami rachète son corps au bourreau. Mathilde de La Mole demande à voir la tête du père de son futur enfant, puis empoigne la tête de Julien et l'embrasse au front. Elle enterrera elle-même la tête à côté de sa tombe. Leur enfant aurait dû être pris en charge par Madame de Rênal, mais celle-ci meurt trois jours après Julien en embrassant ses enfants.

Ce n'est pas un de mes livres préférés, je dois avouer que même si j'aime beaucoup les œuvres qui traite de l'arrivisme, celui-ci ne fait pas particulièrement partie de ceux que j'apprécie. Ce n'est pas difficile à lire en soi, c'est juste l'histoire qui ne me plait pas spécialement et le comportement de Julien m'insupporte plus d'une fois. Néanmoins, c'est un grand classique et il représente assez bien la complexité de l'époque pour un intellectuel de devoir choisir entre l'armée ou le séminaire. Le choix n'existant pas, par exemple, pour les frères de Julien ici, puisqu'ils sont fait pour le travail manuel et travaillent avec leur père. Même si ces raisonnement reste très binaire. 

J'espère que cet article vous aura plu, n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à vous abonner à la newsletter, à bientôt. 

Stendhal, Le Rouge et le Noir

Publié dans Cultures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

I
Je ne l'ai pas lu, pas sûre que j'aimerais... Mais tu en fais une excellente présentation, merci!

Bisous
Répondre
B
Il y en a des bien plus intéressant, des bisous :)
L
Hello,
Je l'ai lu durant mes etu3donc ça remonte à fort longtemps :), C'est un classique de la littérature.
Bises
Répondre
B
Oui un vrai classique, des bisous :)