Camus, La Peste

Publié le par Blonde and Peonies

Hello tout le monde j'espère que vous allez bien, aujourd'hui je vous propose de parler du livre La Peste d'Albert Camus. C'est un roman publié en 1947 aux éditions Gallimard et ayant reçu le prix des Critiques la même année. Il s'inscrit dans le cycle de la révolte de Camus. Comme je vous l'ai dis lorsque je vous avait présenté L'Etranger (cycle de l'absurde et il y traite la fatalité), je n'aime pas le style de Camus et j'ai beaucoup de mal à le lire, mais je ne peux pas nier le talent qu'il a pour nous faire réfléchir. 

Si a première vue l'histoire nous raconte une épidémie de peste, dans le fond on nous parle un mal tout aussi dangereux le nazisme. 

L'histoire se déroule dans les année 1940 à Oran en l'Algérie Française. 

Camus, La Peste

D'abord un, puis plusieurs rats meurent dans les bâtiments et dans la rue. Le concierge de l’immeuble du docteur Rieux est victime d’une étrange maladie dont il meurt en dépit des soins du médecin. Grand vient voir le docteur Rieux pour lui signaler que les rats meurent en très grand nombre. Les autorités se décident à fermer la ville et à l’isoler pour empêcher la propagation de la maladie, qui a toutes les apparences de la peste. 

Dans la ville, avec l'arrivée de l’été, les morts se multiplient, mais les habitants s'habituent aux ravages de l’épidémie. À l’approche de l’automne, Rambert rejoint Rieux et Tarrou dans leur lutte acharnée contre la peste. Plus tard, on assiste à l’agonie d'un jeune enfant, une mort et une souffrance atroce. Tarrou et Rieux, qui luttent ensemble et sans relâche contre l’épidémie, décident de se reposer un peu et célèbrent leur amitié dans la scène du bain de mer. En janvier, la peste régresse et le sérum développé par Castel se met curieusement à gagner en efficacité. Tarrou, soigné par Rieux, devient l'une des dernières victimes de la peste ; il meurt après avoir longtemps lutté. Rieux apprend que sa femme, partie se faire soigner hors d'Oran avant l'épidémie de peste, est décédée de la tuberculose. Lui qui a combattu la peste pendant presque une année, semble avoir tout perdu et apparaît à la fin comme un personnage lucide, conscient de tout le mal que la peste a fait.

Evidemment on peut être tenté de faire un lien avec l'épidémie de Covid-19 que l'on subit depuis maintenant 2 ans, mais il faut bien garder à l'esprit que Camus nous invite à faire une analogie avec le nazisme et la Seconde Guerre mondial qui est terminé depuis seulement 2 ans lorsque parait le roman. La propagation de l'épidémie de peste est comparer avec la propagation des idées nazis mais aussi de la progressive occupation allemande des différents territoire (occupation allemande en France et annexe de la Pologne). 

Est-ce-que j'aime réellement ce livre je ne sais pas mais je sais qu'il m'a marqué et que l'histoire est intéressante et montre bien comment se propage une épidémie et certaines idées. Je ne trouve pas les personnages attachant mais ils permettent bien de faire passer les émotions. Je trouve quand même que c'est un livre à lire si on ne l'a pas déjà fait avec l'écoles. 

J'espère que cette revue vous aura plu, n'hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à vous abonner à la newsletter, à bientôt. 

Camus, La Peste

Publié dans Cultures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article